PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Récit : Une nuit avec mon boss

Une nuit avec mon boss

+18

Lecture : 1575 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de khany86 postée le 26/04/2018
Cams coquines
Cela fait quelques temps maintenant que je m'imagine passer du temps avec mon boss...autrement que pour nos tâches professionnelles.
L'occasion pourrait se présenter lors d'un séminaire auquel nous participons tous les deux. Nous avons loué 2 chambres dans une maison d'hôtes proche du séminaire et ça pourrait le faire.
Cependant, bien qu'ayant fait quelques approches à mon boss...rien ne laisse penser qu'il pourrait se passer quelque chose... ayant homme et enfant, je ne suis pas du tout sûre de ce que je fais. Mais il est certain que je pense à mon boss, John, de manière peu louable pour une mère de famille.

Après plusieurs heures de route, nous voilà arrivés à la maison d'hôtes. Ils ont l'habitude d'accueillir des touristes d'affaires et nous informe directement sur les heures du petit-déjeuner (tôt...) et les autres petites règles de la maison: chambre avec salle de bain privative, plus de bruit après 22h, télévision dans le petit salon et pour les soirées festives, ce qu'on peut appeler un carnotzet en sous-sol avec un billard et un petit bar.

Avec John, on se propose de rejoindre nos chambres respectives pour s'installer et de se retrouver au carnotzet pour l'apéro dans une heure.

Pour ma part, je suis fatiguée et je m'allonge pour me reposer 20min. Je m'assoupis et ne me réveille que 20min après l'heure de rendez-vous. Ni une ni deux, je sors mes affaires de douche pour me rafraîchir vite fait (fantasmes et pensées érotiques, quand tu nous tiens!). Je me déshabille et suis prête à entrer dans la douche quand on frappe à la porte de la chambre...

Je demande alors qui c'est et j'entends une voix chaleureuse et réconfortante me répondre "C'est John !". Je m'enroule donc dans la serviette de bain et vais lui ouvrir. Je lui dis de ne pas rester dans le couloir en m'excusant pour mon retard en lui expliquant que je me suis endormie. Il me regarde de ses beaux yeux profonds et me dis que ne me voyant pas arriver et ne recevant pas de message, il s'est inquiété...
Sa voix douce et chaude me rend toute chose nue dans ma serviette. Il me regarde à ce moment-là en me demandant s'il me dérange... ses yeux me parcourent de haut en bas... Rougissante, je lui avoue que j'étais sur le point d'entrer sous la douche pour me réveiller un peu...

Je lui propose de m'attendre et j'ajoute d'un air mutin « à moins que tu m'accompagnes » en retournant dans la salle de bain de ma chambre. A ce moment-là, je n'ose pas me retourner pour lire son visage...suis-je allée trop loin ? Ai-je perdu mon job ? Trop tard pour revenir en arrière...

Je suspends ma serviette et me glisse sous la douche. Je regarde la colonne de douche et laisse l'eau chaude couler sur mes cheveux et le long de mon dos... Je n'entends rien et je ne sais donc pas si j'ai été suivie ou pas... J'ai le souffle court, dans l'attente...
Lorsque j'entends le bruit d'une boucle d'une ceinture touchée le sol... Je panique et me dis que j'ai fait une belle connerie, mais qu'est-ce qui m'a pris ????


Je n'ai pas le temps de me retourner que je sens le souffle de John derrière moi... il s'approche tout en douceur et commence à m'embrasser dans le cou. Il caresse mes épaules en même temps et je ne peux que me détendre et me laisser aller... c'est agréable. L'eau chaude coule toujours sur moi et je relève la tête tout en reculant un peu pour m'appuyer contre John, la tête sur son épaule... ce dernier continue à m'embrasser tendrement dans le cou...je frémis. Il fait passer une de ses mains de mon cou le long de mon bras et remonte doucement, je frissonne. Il me murmure que je l'étonne... il me dit être surpris par la tournure des événements. Bien que l'équivoque ait toujours fait partie de notre relation, il ne pensait pas que je franchirais la ligne...Je le laisse dire et continuer ses caresses en gémissant doucement.
Il me demande alors s'il peut me laver les cheveux.... Surprise par cette demande, je me retourne un peu pour croiser son regard. John est tout à fait sérieux et je lui montre donc mon shampoing. Il me masse doucement la tête en me lavant les cheveux... c'est tellement agréable, je suis complètement détendue, nue dos à lui, pendant qu'il me rince maintenant ma courte chevelure. Sans me demander, il attrape le savon et commence à me laver le dos...les bras,... il passe ensuite prudemment sur l'avant en descendant mes épaules jusqu'à attraper doucement mes seins (85C raisonnable). John les soupèse en les pinçant quelques peu. Je frémis à ce contact doux.. mais ferme.

John ne s'arrête pas là et me caresse le ventre, j'ai alors un mouvement de recul... ce qui me fait m'appuyer un peu plus contre lui. Je ne suis pas vraiment à l'aise avec mon corps et mon ventre est la partie qui me gêne le plus. John me glisse à l'oreille que je suis magnifique mais qu'il arrête là si je le lui demande. Appuyée contre lui, je ne sais que répondre. J'en veux plus... mon corps en veut plus. Ma tête, elle, ne sait plus! Je me retourne alors pour lui faire face...

Et là, en regardant dans ses yeux magnifiques... Je me sens à nouveau une femme, une vraie. A ce moment-là, je sais que je vais franchir le pas. Nous sommes nus, l'un en face de l'autre, perdus dans les yeux l'un de l'autre. Je passe alors ma main dans sa nuque et il m'attire par la taille contre lui. Nous nous embrassons naïvement...doucement. Nos corps réagissant instinctivement l'un à l'autre... L'eau coule toujours sur nos corps enlacés...mais tout à coup, elle est froide !
Nous éclatons de rire en éteignant l'eau et John attrape une serviette dont il m'enveloppe en m’attirant contre lui. Il me sèche en tamponnant doucement chaque partie de mon corps. En même temps, j'attrape une serviette et fais de même avec lui.
Lorsqu'on recommence à s'embrasser, fougueusement, cette fois, nous entendons un ventre gargouiller... Le sien ? Le mien ? Aucune idée...encore une fois, nous éclatons de rire et réalisons que nous n'avons rien mangé depuis que nous avons pris la route. John propose alors qu'on ne précipite pas les choses que nous avons quelques jours devant nous. Nous nous sourions et nous habillons en nous dévisageant avec amusement.



Le repas dans le petit resto du coin se passe de manière détendue et sans tension. Nous sommes à l'aise.



De retour à la maison d'hôte, les choses se corsent. La tension est palpable et je ne sais pas comment me sortir de cette situation. Je sais que je suis capable de faire une connerie, mais en revanche, je ne suis pas du tout sûre de pouvoir l'assumer ensuite...

John sent et comprend mes doutes. Je lui suis reconnaissante de ne pas me pousser... mais d'un autre côté, ça me laisse maîtresse de la situation. C'est à moi de prendre les choses en main et ne étant complètement indécise, la situation peut rester au statu quo pendant longtemps.

John me raccompagne à ma chambre et me souhaite bonne nuit en me collant une bise, qui se prolonge un peu plus qu'il ne faudrait. Je me laisse faire et le prend dans mes bras. Lorsqu'il s'éloigne en me souriant et me souhaitant à nouveau bonne nuit, je lui demande, d'une toute petite voix, s'il ne veut pas entrer et rester avec moi encore un peu.



Il me sourit, de son sourire franc et charmeur et me prend la clé de ma chambre des mains et ouvre la porte. Il me cède ensuite le passage et j'entre. Je le sens derrière moi, très proche. Il a repoussé la porte avec le pied et je sursaute quand elle se ferme car il pose ses mains sur mes épaules au même moment. Je m'arrête au milieu de la chambre et il me masse les épaules en douceur. Je sens son souffle sur ma nuque et je laisse échapper un petit gémissement... Lorsqu'il s'arrête pour retirer sa veste, je m'éloigne et lui propose un verre d'eau (les chambres de cet établissement sont bien équipées pour une maison d’hôte !) qu'il accepte. Je nous sers donc un verre et m'installe en tailleur sur mon lit pendant qu'il suspend nos vestes. Il vient s'installer devant moi sur le lit et me regarde tendrement. J'ai les joues en feu en me demandant ce qu'il va se passer, comment ça va se passer, si je vais être à la hauteur, si je fais une bêtise, comment je vais gérer l'après et tout.... Tout ça tourbillonne tellement dans ma tête que je ne l'entends pas me poser une question. C'est son rire qui me fait sursauter et sortir de ma torpeur. Je lui demande donc pourquoi il rit et il me répond que j'ai une tête à faire peur... complètement perdue et que je ne l'ai même pas entendu me demander ce que je voulais faire maintenant. Je rougis de plus belle et remonte les genoux sous mon menton. Je suis gênée par cette situation que j'ai bien cherchée et je ne sais plus quoi faire.



John attrape alors mes mains et y pose un petit baiser dans chaque paume, il me les caresse tendrement en me parlant de sa voix douce. Il me dit qu'on n'est pas obligé de faire quoi que ce soit, que la décision m'appartient, que quoi qu'il se passe (ou non), j'aurai toujours un emploi demain ou dans un mois, que notre amitié ne changera pas et qu'on pourra également décider plus tard de l'avenir à donner à notre relation. Tout en me parlant, il s'approche un peu plus de moi, son visage est désormais tout près du mien et il dépose un petit baiser très prude sur mes lèvres. Il continue son mouvement et se retrouve allonger sur mon oreiller, dans ce grand lit...



Je m'allonge à ces côtés et il me prend dans son bras. C'est son épaule qui me sert d'oreiller et je pose alors ma main sur son torse, musclé, juste comme il faut. J'essaie de contrôler ma respiration pendant que John caresse ma main posée sur lui. Je sens qu'il me regarde mais je n'ose croiser son regard... je sais qu'en j'en perdrais tout contrôle. Sa caresse sur ma main s'intensifie et s'enhardit. Il me caresse désormais l'avant-bras et remonte gentiment sur mon épaule. Il se retourne légèrement pour pouvoir également me caresser le dos et à ce moment-là, je n'ai d'autre choix que de croiser son regard. Je suis surprise et presque effrayée d'y lire tellement de compassion, de tendresse mais également tellement d'envie. Cela fait bien longtemps que je n'ai pas vu une telle envie dans les yeux de mon homme. Je sens que John est également sur le point de perdre contrôle, ... nous commençons de nous embrasser prudemment, mais le contrôle est abandonné rapidement et notre baiser devient violent, enfiévré... il me sert fort contre lui et je l'attrape également dans son dos pour pouvoir me coller encore plus contre lui. Je sens monter en moins une chaleur, un désir enfin libéré. A bout de souffle, nous nous éloignons légèrement l'un de l'autre afin de respirer à nouveau. On se regarde, du défi plein les yeux, à qui se jettera sur l'autre en premier. Je me mets alors à genoux pour enlever mon chemisier. Je regarde John et ne lui laisse pas le temps de bouger que je me positionne à califourchon sur lui. Je dépose un baiser sur sa peau chaude après chaque bouton que j'ouvre. Il me laisse faire et caresse mes cuisses à ses côtés. Je remonte en lui repoussant les pans de sa chemise de chaque côté et l'embrasse dans le cou pour remonter jusqu'à sa bouche... Nous nous embrassons alors fougueusement, il me tient par le cou et dans ses bras. Sans arrêter de s'embrasser, il se relève et me dépose tendrement sur le dos à côté de lui... en moins de temps qu'il faut pour le dire, j'ai passé de maîtresse de la situation à ... offerte !



Il me regarde en descendant sa main le long de mon cou, sur le plexus afin d'arriver à mon soutien-gorge noir soutenant parfaitement ma poitrine... il passe sa main dedans pour caresser et pincer un téton bien dur... Il ne s'y attarde pas et descend encore un peu, lentement. Il défait rapidement le bouton et la fermeture éclair de mon pantalon de tailleur et je l'aide à le faire glisser et à me l'enlever en me cambrant légèrement. Ma culotte noire assortie met en valeur mes formes généreuses (je porte du 42). Je suis désormais en sous-vêtement devant mon boss... charmant cinquantenaire à la chevelure poivre et sel, de 20 ans mon aîné, au regard mystérieux mais chaleureux, au sourire charmeur et confiant... Lui est torse nu sous sa chemise ouverte et porte un super jean qui le met bien en valeur ! Je ne sais pratiquement plus mon nom et je frissonne du traitement qu'il m'a infligé. Je gigote dans tous les sens alors qu'il n'a fait que me caresser de manière plutôt chaste... Je me demande comment mon corps va réagir après un traitement plus poussé...



Après s'être débarrasser de mon pantalon, il remonte sa main le long de ma jambe, par l'intérieur de la cuisse... Malgré mon envie, il évite prudemment ma culotte pour remonter par le côté sur mon ventre. Je m'en pince la lèvre de frustration en gémissant, ce qui ne manque pas de le faire sourire, évidemment... De ce fait, je m'approche de lui et l'attire en même temps violemment contre moi, il n'a pas d'autre choix que de me chevaucher. Je le regarde bien dans les yeux et l'embrasse avec fougue. J'en profite pour lui enlever complètement sa chemise en caressant son dos, je sens ses muscles saillants sous mes mains. Il me porte contre lui afin que j’aie un appui pendant que je le déshabille et que nous nous embrassons. Une fois encore, il m'embrasse dans le cou et je me laisse aller en arrière. Je me couche à nouveau sur le dos et m'empresse de déboutonner son jean... Sans succès ! Quelle frustration ! John se marre et se lève pour déboutonner lui-même son pantalon et virer ce dernier en même temps que ces chaussettes et son caleçon.... J'en suis tout intimidée. En effet, je le vois nu pour la première fois et, franchement, c'est quelque chose ! Je le regarde... chaque partie de son corps est magnifique : légèrement musclé, hyper bien proportionné avec un léger hâle. J’en frémis en le regardant. Son membre est également fièrement dressé et il n'a pas à en rougir....



Je me mets sur les genoux devant lui, debout et je l'embrasse à pleine bouche. Nos corps se touchent et bougent l'un contre l'autre sans que nos bouches se fatiguent. Je lui caresse ses cheveux et m'y accroche parfois comme à une bouée, lui caresse mon dos et y met même un peu ses ongles... j'adore cette violence latente, ce désir trop longtemps retenu, dans notre échange. C'est à peine si je remarque qu'il dégrafe mon soutien-gorge... c'est quand il me fait baisser mes bras pour enlever les bretelles que je le constate. Il me repousse sur le lit et positionne au-dessus de moi et m'embrasser à nouveau. Il abandonne ma bouche pour descendre le long de mon cou et s'arrêter à la naissance de mes seins, libres. Il les caresse avec douceur, mais fermeté... Il prend mes tétons en bouche, joue avec sa langue autour et les titille... Je me cambre sous ses assauts, je gémis... Il continue son traitement jusqu'à me pincer doucement.... Je n'en peux plus, j'en veux plus... Je me tortille pour m'extraire de sa poigne, mais sans succès, il me tient le "salaud".... Tout en continuant de s'amuser avec ma poitrine avec ses magnifiques mains (ma poitrine a-t-elle était faite exactement pour ses mains ?), il m'embrasse autour du nombril, dedans... une de ses mains abandonne logiquement ma poitrine pour passer un doigt sous l'élastique ma culotte...il y passe rapidement toute la main pour tirer sur la culotte et me l'enlever. Je lève ma croupe pour lui faciliter le travail et il m'enlève ainsi mon dernier rempart de ses mains habiles. Avant qu'il puisse faire quoi que ce soit de plus, je le repousse et me précipite à l'assaut de sa bouche en me repositionnant à califourchon sur lui. Il me laisse faire et nous nous embrassons à nouveau... il ne me laisse cependant pas faire longtemps dans cette position et me recouche sur le dos sans lâcher mes lèvres. Se faisant, il me caresse une fesse qu'il remonte sur ses hanches... il me malaxe tout en m'embrassant, je n'en peux plus d’attendre !

John le comprend et descend ses lèvres si désirables le long de mon corps.... Il se met à genoux sur le sol et me tire vers lui. Sans que je puisse lutter, il écarte mes jambes et me dépose de doux baisers le long de mes cuisses en remontant lentement (trop lentement !) vers la Terre Promise ! J'en gémis et j'essaie de l'encourager, mais aucun mot sensé ne sort de ma bouche, j'ai le cerveau embrumé. Il me demande de me détendre et ça me faire glousser...

Il commence finalement par m'embrasser et m'aspirer mon bouton avec avidité... Il peut boire à ma source sans effort, tellement son traitement a déjà été efficace jusque-là. Je gémis de plaisir encore et me cambre rapidement, je suis soulagée d'être bientôt délivrée de mon attente et de mon fantasme... Mais c'est sans compter sur John qui s'arrête un moment... J'en reste pantelante. Il se redresse et se positionne en 69... Il ajoute avec humour qu'il n'y a pas que lui qui doit bosser... J'en salive déjà et ne me fais pas prier pour le prendre en bouche. Je ne peux pas me concentrer sur ce que je fais, tellement son traitement a repris de plus belles. Il n'a même pas besoin de ses doigts pour me faire jouir ! Son membre toujours dans ma bouche, je le lèche doucement. Le moment de ma délivrance approche très vite et je me libère de son pénis... au moment de mon orgasme (volcanique !) je lui mords la cuisse afin de ne pas crier... Cela ne fait qu'estomper ma jouissance et cela l'encourage à ne pas me laisser m'en sortir comme ça. A peine ai-je repris un peu mes esprits et lâcher ma prise qu'il m'enfonce 2 doigts dans mon vagin qu'il actionne avec douceur mais dans un va-et-vient intense. Il se venge de ma morsure.... Je repars directement dans un 2ème orgasme volcanique.... Cette fois, je me tortille dans tous les sens pour m'éloigner de la source de ce plaisir, je n'en supporterai pas plus dans la foulée ! John se marre et me laisse m'éloigner un peu. Il se redresse et viens se coucher à côté de moi, il m'embrasse à pleine bouche, le bougre, et je goûte ainsi quelque peu à mon intimité. Je me mets sur le côté pour le regarder et je lui caresse le dos. Il me laisse faire et ainsi reprendre un peu mes esprits. Il me caresse également et mon corps est parsemé de spasmes... Quelle intensité !



Je lui fais remarquer qu'il doit être un peu frustré tout en lui prenant son sexe dans ma petite main... Je le caresse doucement et je peux ainsi me rendre compte qu'il est très tendu, même s'il l'est un peu moins que quand je l'avais en bouche. Il me répond qu'en effet, il aime beaucoup s'occuper de moi, mais qu'un échange de bons procédés serait agréable. Je ne me le fais pas dire deux fois et me positionne pour prendre son pénis dans ma bouche. Je n'ai jamais été douée pour les fellations, mais je m'applique. J'aspire légèrement son gland et redescends doucement en serrant bien mes lèvres autour de lui et je remonte... quelques mouvements de ce type et le voilà ouvert. Je peux donc passer ma langue autour de son gland à découvert... John me caresse les fesses en même temps et je l'entends soupirer de temps à autre...Je caresse doucement sa hampe avec ma main.... Je suce son gland et parfois le prend plus loin dans ma bouche, aussi loin que possible et le ressort doucement. John me dit d'arrêter... que ça fait du bien mais qu'il ne voudrait pas nous priver de la suite...



J'embrasse sa hampe tout du long et remonte ensuite le long de son ventre, de son torse pour finir par ses lèvres... nous nous embrassons tendrement. Je me blottis contre lui et il me serre contre lui... de la tendresse à l'état pur ! Cependant, sans attendre, John se relève et se dirige vers ses vêtements. J’ai un moment de panique, mais il me sourit. Je suis nue sur le lit et lui.... Lui est tellement beau ! Il revient triomphant avec un préservatif qu'il enfile rapidement. Il devient bestial et me repousse sur le lit, il se positionne rapidement entre mes cuisses et s'allonge sur moi. J'ai peur tout à coup, mais il m'embrasse tendrement. Cela contraste beaucoup avec ces gestes, mais cela me rassure. Tout en m'embrassant, il relève une de mes jambes contre sa hanche et me pénètre doucement. Je suis surprise et laisse échapper un petit cri. Il s'arrête et me demande si ça va.... Je le regarde et l'attire un peu plus encore contre moi. Rassuré tous les deux, il commence à me faire l'amour doucement, son mouvement est doux mais incroyablement puissant. Nos regards ne se lâchent pas et nous nous sourions. Les va-et-vient de John sont amples et intenses, ses retours sont à chaque fois un peu plus violent... Je me cambre pour répondre au mieux à ses assauts... Je lève ma seconde jambe, je m'accroche à ces hanches avec mes jambes et lui prend appui sur la tête de lit. Nous continuons à nous regarder et à nous sourire comme des gamins. Ses mouvements sont plus rythmés et violents, j'adore ça et je le lui dis. Il me sourit encore d'avantage (si c'est possible !).

John devient incontrôlable et ses mouvements deviennent encore plus forts... je suis au bord de l'explosion et je sens que la jouissance sera pour les deux une délivrance. John m'ordonne de le regarder et c'est ainsi, dans un dernier mouvement de bassin que nous atteignons un orgasme violent... John se détend un peu et s'allonge sur moi pour me baiser le front, les joues, le bout du nez et finir par m'embrasser en douceur.



En sortant de mon antre, il s'excuse d'avoir ainsi perdu le contrôle et d'être devenu bestiale... Je lui souris en lui caressant le dos pendant qu'il enlève le préservatif souillé. Je lui avoue timidement que j'aime ça. Il me repousse à nouveau sur le lit et m'embrasse tendrement...



Après tant de partages, nous prenons encore une douche ensemble ou nous nous amusons à nous caresser et à nous embrasser. Nous ne pensons pas encore à la suite....



Avant de me quitter pour le reste de la nuit, John m'embrasse avec avidité et me dit "Si tu le souhaites, cette nuit n'a jamais eu lieu".



Nous nous sommes retrouvés le lendemain matin au petit-déjeuner et avons agi l'un envers l'autre comme si rien n'avait eu lieu. Mais je me souviendrai longtemps de cet épisode. Depuis, à chaque fois que je le vois, ça me calme et je sais que même si mon mari ne me le montre pas beaucoup, je suis désirable. Ça suffit désormais à me rassurer.
18 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Une nuit avec mon boss

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<