PAGE D'ACCUEIL > Hétéro > Récit : Nouveau départ 1

Nouveau départ 1

+37

Lue : 3242 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de LN78 postée le 27/03/2017
Cams coquines
Après plus de 20 ans mère au foyer à m'occuper de mes enfants, je me retrouve depuis quelques mois dans l'obligation de trouver un travail. Mariée à tout juste 22 ans, alors que je venais de finir mes études, je suis tombée enceinte rapidement et la situation de mon mari m'a permis pendant toutes ces années de ne pas avoir à travailler.
Mais tout à basculer il y a un peu plus d'un an lorsque mon mari m'a annoncé que sa secrétaire était enceinte de lui et qu'il voulait divorcer!! J'ai pris cette nouvelle comme un coup de massue et ai sombré dans une forte dépression. Heureusement le soutien de mes enfants m'a permis de m'en sortir.

J'ai pris un avocat qui m'a permis de me sortir honorablement de cette situation. Je converse la maison et j'ai touché un joli chèque de mon désormais ex-mari. Malgré tout, afin de pouvoir entretenir la maison et pouvoir continuer à aider mes enfants le mieux possible, je me suis mis en quête d'un emploi. Plutôt organisée, j'ai décidé de postuler à des offres de secrétaire. Je parle couramment 3 langues et ai, durant ces longues années, beaucoup oeuvré pour des associations diverses.

Forte de cette expérience, je pensais trouver rapidement quelque chose mais après 3 mois de recherches infructueuses sans le moindre entretien, je dus me résigner à demander de l'aide. Je pris rendez-vous avec un conseiller à Pôle Emploi.

Je fis connaissance d'un jeune homme charmant qui m'invita à prendre place dans son petit bureau. Après avoir lu mon cv avec attention, il commença à y apposer des annotations, rayant certains passages et m'expliquant les points à mettre en avant.

Il ajouta également qu'il fallait que je mette une photo plus avantageuse de moi, celle que j'avais apposé était la même que celle utilisée sur mon passeport... bref, pas souriante et plutôt ancienne...

Il m'indiqua quelques offres auxquelles je pourrais postuler après avoir fait les changements. Je le remerciais vivement et repartis le moral gonflé à bloc.

Je pris rendez-vous chez un photographe pour me faire "tirer le portrait". Retenant les paroles de mon conseiller, je passais avant chez le coiffeur et mettais un ensemble plus en adéquation avec les postes à pourvoir, à savoir, chemisier blanc légèrement échancré et veste noire.

Le soir même, je postais mes nouveaux cv. Quelques jours plus tard, un message sur mon téléphone m'annonçait que ma candidature avait été retenue et que j'étais convoqué pour un entretien la semaine suivante. J'étais heureuse et c'était une première victoire pour moi.

Je me renseignais bien sur cette société. Il s'agissait d'une petite entreprise spécialisée dans la fabrication de panneaux leds pour la publicité, avec peu d'employés. Située à quelques kilomètres de mon domicile, elle était idéalement placée. Le jour J, je me présentais à l'accueil. Une jeune femme, enceinte jusqu'aux yeux, me demanda de patienter avec les trois autres candidates qui attendaient. La moyenne d'âge ne dépassait pas les 25 ans... j'avais un trac fou et ne savais pas trop ce que je faisais là.

Lorsque vint mon tour, je rentrais dans un petit bureau. Un homme relativement jeune m'invita à m'asseoir. Je le vis me jauger de la tête au pied et j'eus un instant de gêne. Il reprit mon cv et le relut rapidement.
- Vous voulez un café me demanda-t-il gentiment.
- non, je vous remercie.
- ok... bon, parlons peu. Vous avez sûrement remarqué que notre secrétaire actuelle est enceinte et elle doit partir très prochainement en congé maternité. Malheureusement, elle ne souhaite pas revenir après son congé et du coup, je dois la remplacer rapidement. D'où ma première question, êtes vous disponible rapidement?
- oui dès maintenant !!
- parfait.... je vous que vous parlez couramment l'anglais, l'allemand et l'espagnol...?
- oui tout à fait...
- je vois par contre que vous n'avez pas noté d'expérience professionnelle...??
- oui, en fait j'ai élevé mes enfants et maintenant qu'ils sont autonomes, je voudrais me rendre utile...
- je comprends... je dois vous avouer que je ne pensais pas recevoir une femme de votre... enfin, je veux dire... de votre âge... la société est jeune et la moyenne d'âge ne dépasse pas les 30 ans... est ce que cela vous poserais un problème?
- euh non, bien sûr que non!
- ok... pas de soucis pour utiliser word, excel?
- non
- ok... le salaire est de 1700 euros net... 5 semaines de congés payés dont 3 en août, une à Noël et une en février... ça vous irait?
- oui très bien!
- ok... je réfléchis et vous donne une réponse d'ici la fin de journée.
- super, je vous remercie.

Je me levais et lui tendis une main ferme. Il la serra et la garda un court instant, me dévisageant. Je fus troublée et lui fis un large sourire. Je ne sais pas pourquoi mais il m'inspirait confiance.

J'attendis fébrilement son appel durant toute l'après-midi. Vers 17 heures, le téléphone sonna. Je me jetais dessus.
- Madame C.?
- oui, bonjour...
- Monsieur D. à l'appareil, nous nous sommes vus ce matin concernant le poste de secrétaire.
- oui tout à fait!
- je voulais vous annoncer qu'après discussion avec mes collaborateurs, j'ai décidé de vous retenir pour le poste.
- c'est génial!! merci beaucoup, je suis super heureuse!!!
- Pourriez vous passer à l'entreprise demain afin que je vous présente au reste de l'équipe et que Carole puisse vous présenter un peu les petites choses à savoir?
- oui je serais là!
- Très bien, j'en profiterais pour vous faire signer le contrat. On se voit à 8h. Bonne soirée.
- à demain!!! bonne soirée à vous aussi!!

Je sautais de joie et appelais immédiatement mes enfants pour leur annoncer la nouvelle. Le soir-même je les invitais au restaurant pour fêter ça!

Le lendemain, ponctuelle, j'arrivais à l'entreprise, chignon vissé sur la tête, lunettes sur le bout du nez. J'avais mis un tailleur et des escarpins pour faire bonne figure dès mon premier jour.

Je saluais celle que je remplaçais et qui m'accueillit avec un grand sourire. Le fait que je sois embauchée lui permettait de quitter plus vite son travail. Elle me présenta à Jérôme, son mari qui travaillait également dans la société.
Marc le directeur, me fit faire le tour de l'entreprise. Dans l'atelier, les employés commençaient à mettre en route les machines. Effectivement la moyenne d'âge n'était pas très élevée et je fis connaissance des trois autres membres de l'équipe. Outre Jérôme plus dédié au commercial avec Marc, je saluais Amed, Rachid et Eric, tous les trois électriciens de formation qui oeuvraient au montage des différents composants. Dans les bureaux, je fis ensuite la connaissance de Didier, comptable et frère de Marc.
J'étais donc la seule femme mais cela ne me dérangeait pas, au contraire, les relations pouvant souvent être conflictuelles entre femmes!

Carole me forma durant une petite semaine et rapidement, je me sentis très à l'aise au téléphone. Je revis petit à petit l'organisation de mon poste et en reçut les compliments de Marc. L'ambiance était décontracté et bon enfant. Rapidement, j'eus droit à un petit jeu de drague de Amed. Beau parleur et un peu rouleur de mécanique, il venait souvent me taquiner à l'accueil, me faisant des compliments pas toujours très fins. J'en rigolais et le repoussais gentiment.

Finalement, ce travail était pour moi un nouveau départ et je me sentais revivre après toutes ces années.

Cela faisait désormais un mois que j'avais commencé. Un jour, je venais de recevoir un message destiné à Rachid à l'atelier. La ligne sonnant constamment occupée, je partis lui porter. Le bruit d'un disqueuse couvrit le bruit de la porte et de mes pas. Les trois hommes étaient autour de la même table de travail et ils ne me virent pas arriver derrière eux. La disqueuse s'arrêta enfin et alors que j'allais les interpeller, ils reprirent leur discussion et j'entendis nettement mon prénom...
Je m'arrêtais net et reculais un peu, cherchant à entendre ce qu'ils pouvaient dire sur moi.
Alors que je pensais entendre des remarques sur mon travail, leur discussion évoqua davantage mon physique et cela me troubla énormément...

- je me la prendrais bien entre deux dit Amed qui trépignait sur place
- tu m'étonnes, t'as vu son petit soutien-gorge blanc ce matin? renchérit Eric
- petit mais bien rempli dit en rigolant Rachid
- d'après ce que m'a dit Marc, elle est divorcée et célibataire... faudrait qu'on l'invite à une petite soirée!! je suis sûr que c'est une chaudasse... ça se voit dans ses yeux!
- tu te fais trop de film Amed!! moi je suis sûr qu'elle est coincée, sinon tu l'aurais déjà sauté !! lui ria au nez Rachid

Je frissonnais en les entendant parler de moi ainsi. Nullement en colère, je trouvais cela plutôt flatteur que des hommes, jeunes de sûr-crois, puissent s'intéresser à une femme de mon âge. Même si je porte bien mes 45 ans et que j'entretiens depuis toujours mon corps, je ne pensais pas que des jeunes hommes puissent me trouver à leur goût.

- en tout cas, je lui boufferais bien les seins... et le cul!! renchérit Amed avec sa gouaille habituelle.
Ses deux compères se marrèrent.
- et vous croyez que Marco a des vues sur elle? demanda Rachid
- tu m'étonnes, tu le connais le Marc, si il l'a embauché c'était pas que pour son cv!!! je serais pas surpris qu'il l'ait pas déjà attrapé sur son bureau... souviens toi de Carole, elle a pas tenu 15 jours !!! répondit Eric

Je n'en croyais pas mes oreilles. Je fis demi-tour et claquais la porte, faisant mine de rentrer, le message à la main.
Les trois compères se turent et me regardèrent arriver. En voyant leurs regards se balader sur mon corps, je vis tout de suite que leur conversation les avait passablement excitée.
Je tendis le message à Rachid et repartais à mon bureau. Je sentais sur mes reins leurs regards envieux et cela me fit des frissons dans tout le corps.

Sitôt revenue à mon bureau, je mis un moment à retrouver le fil de mes idées. Celles-ci se bousculaient dans ma tête et j'étais toute chamboulée par ce que j'avais entendu.
Je vis alors arriver Jérôme qui me salua. On se mit à discuter de la pluie et du beau temps. Ce garçon gentil me raconta qu'il travaillait ici depuis la création de la société et qu'il avait réussi à faire embaucher sa femme Carole. J'eus un instant de panique en découvrant que le pauvre avait donc été fait cocu par son propre patron. Depuis qu'elle était tombée enceinte, elle avait voulu tout plaquer à son grand désespoir mais il ne lui en voulait pas. Il était tellement content de ce qu'il leur arrivait. Le pauvre me disais je en l'écoutant me raconter tout cela.

Le soir même, alors que je finissais de classer quelques dossiers et que tous le monde était rentré excepté Marc, celui ci me demanda de venir le voir dans son bureau.
- Entrez Brigitte, asseyez vous deux minutes...

Je pris place en face de lui.
- alors comment ça va? on n'a pas eu trop le temps de faire le point sur votre premier mois ici...
- tout va bien merci... je commence à trouver mes marques.
- super!! je dois vous avouer que je suis très content de la rapidité avec laquelle vous vous êtes intégrée à l'équipe... du coup je voulais vous dire que j'ai ramené votre période d'essai de 3 à 1 mois... et que du coup vous êtes officiellement embauchée à compter de ce soir!!! Félicitations!!
J'étais très surprise de cette nouvelle et très heureuse. Il avait fait le tour de son bureau et spontanément je me suis lever à sa rencontre. On s'est fait la bise et il a posé sa main sur ma hanche. Cela semblait anodin mais un frisson m'a traversé le corps.
- J'ai toujours une bouteille de Champagne au frais pour les grandes occasions, cela vous tente?
- euh pourquoi pas dis-je un peu timidement.
- Il prit deux coupes dans un meuble et fit sauter le bouchon de la bouteille. On trinqua et je me réinstallais dans le fauteuil. On discuta à bâton rompu pendant une bonne heure, engloutissant par la même la bouteille de Champagne.

Moi qui n'ai l'habitude de boire, j'avais un peu la tête qui tournait. Une phrase me revint brusquement en tête, celle d'Eric rappelant à ses collègues, les escapades de Marc avec Carole, sur le bureau face à moi. Je ne pus m'empêcher d'imaginer la scène et restais un moment plongée dans mes pensées.
Marc me sortit de ma léthargie en me demandant si tout allait bien.
Je lui souris en retour, essayant de reprendre mes esprits.
- Je crois que je vais y aller, j'ai un peu la tête qui tourne avec tout ce champagne...
Je me levais et perdais légèrement l'équilibre. Marc qui était à côté de moi, m'aida en me rattrapant. Je sentis ses deux mains sur mes hanches, frôlant la naissance de mes seins. Il me tira légèrement vers lui. J'étais à quelques centimètres de son visage. Il plongea ses yeux dans les miens. Ses lèvres se posèrent sur les miennes et je sentis sa langue s'insinuer dans ma bouche. Je me laissais complètement faire, m'abandonnant dans ses bras. Il me plaqua contre lui pour une étreinte virile, écrasant mes seins sur son torse.
Je lui rendis son baiser, nos deux langues s'enroulant l'une autour de l'autre. Ses mains glissèrent vers mes fesses et les saisirent, tirant irrémédiablement sur le tissu de ma jupe et dévoilant rapidement mes fesses nues et mon string.
Il relâcha enfin son étreinte et se recula légèrement, il dégrafa les boutons de mon chemisier et fit jaillir mes seins. Il les malaxa à travers le tissu de mon soutien-gorge, les faisant durcir. Je ne réagissais pas, le laissant complètement faire. J'avais envie de lui et il le savait.
Il fit glisser mes vêtements et je dégrafais moi-même mon soutien-gorge dévoilant mes seins lourds. Il les embrassa avec passion, suçant les tétons. Ma jupe et mon string rejoignirent le reste de mes vêtements au sol.
- à toi ma belle me dit il en se reculant et s'appuyant sur le bureau.
Je m'approchais excitée par ce tutoiement. Je dégrafais son pantalon et le fit glisser, me retrouvant par la même occasion à genoux devant lui. Son boxer était gonflé par son sexe. Je l'extirpais et découvris un joli sexe. Je pris soudain conscience que c'était la première fois que je voyais un sexe d'homme autre que celui de mon ex-mari.
Il me caressa les cheveux, m'encourageant à le prendre dans ma bouche. Je gobais le gland et me mis à le faire aller et venir entre mes lèvres. A ses murmures d'approbation, je compris que je me débrouillais bien.
Après quelques minutes, il me prit sous les bras et me releva, m'embrassant de nouveau. Je sentais contre mon ventre son sexe tendu. Il me fit basculer sur le bureau. J'y posais les coudes et le sentis se frotter à mon entrejambe. Sa pénétration fut grandement facilitée par mon état d'excitation qui avait considérablement humidifié mon sexe. Il me prit lentement, me faisant ressentir chaque centimètre de sa queue. J'ai joui très vite sous ses coups de reins. Il m'a prise pendant de longues minutes avant de se retirer et de m'asperger les fesses de sa semence épaisse.

J'ai mis quelques minutes à retrouver mes esprits et j'ai ramassé mes affaires pour courir me réfugier aux toilettes. Je me suis nettoyer, honteuse de ce qui venait de se passer et je suis reparti rapidement.

Le lendemain, Marc est venu s'excuser dès mon arrivée. J'acceptais ses excuses et lui demandais de garder tout ça entre nous mais que ça ne devrait pas se reproduire. Il acquiesça avec une mine déçue...

Pourtant cet épisode avait réveillé la femme qui dormait en moi et quelques jours plus tard, c'est moi qui suis venue lui sauter dessus. Il m'a pris comme une chienne sur la moquette du bureau, m'arrachant des cris de plaisirs...

Fin épisode 1.
37 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Nouveau départ 1

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante