ACCUEIL > En groupe > Récit : Orgie lors du mariage

Orgie lors du mariage

+3

Lue : 1256 fois - Commentaire(s) : 0 - Histoire de Aurore34 postée le 30/06/2019
L’histoire se passe dans une vaste demeure, ou se déroule banquets, mariages et autre séminaires.
Ce soir, sont célébrés, deux mariages, dans deux salles différentes, évidemment.
Le premier concerne Emilie et Arnaud, le second, Francesca et Lucas, de souche italienne.
Après un apéritif corsé, et un excellent repas, et en attendant la pièce montée en l’honneur des jeunes mariés, les invités regagnent la piste de danses, sous la musique branchée du DJ. Vu l’heure tardive, des nounous ont emmenées les enfants se coucher.
En entendant la musique, les convives de Francesca et Lucas, ou il y a un manque flagrant d’ambiance, décident de s’inviter. Ils sont reçus les bras ouvert par les nouveaux mariées. Il y a maintenant, une centaine de personnes, âgées de dix huit à quatre vingt ans.
Après les embrassades, et après avoir renouvelé les vœux aux nouveaux mariés, la musique reprend ses droits. Déjà, des couples se forment, se mélangent, font connaissance. Les femmes mariées délaissent leur époux, pour faire d’autres rencontres, et pourquoi ne pas connaitre d’autres aventures.
Pendant que les jeunes époux repassent leur vie de célibataire au bar, les épouses se déhanchent sur la piste, soudées une à l’autre.
Francesca se colle derrière Emilie. Elle la prend par la taille, remonte sur sa poitrine, caresse les seins par-dessus le fin tissu. Calmement, elle dégrafe le haut de la robe, pendant qu’une demoiselle d’honneur enroule la longue traine, autour de la taille. En un tour de main, Emilie se retrouve totalement nue, seulement vêtue de ses bas, qui arrive à mi-cuisses, de la jarretière, et d’un morceau de voile.
Tout en dansant, Francesca fait rouler le bout des seins entre ses doigts, tandis que l’autre main s’occupe de la chatte. Emilie se prête au jeu, sous l’œil ébahi des deux époux.
Lentement, la belle italienne pousse Emilie jusqu’à une table vide, l’oblige à s’y allonger dessus. Cette dernière s’y installe, jambes écartées, offerte.
Francesca glisse une main entre les cuisses de la jeune épouse, excite le clitoris qu’elle a pris soin de décalotté, puis rentre deux doigts dans la chatte. Tout en la branlant, Francesca lui caresse les cheveux, sourit de la voir onduler sur les doigts qui la fouille. Francesca se penche à son oreille.

-T’aimes ça, hein…te faire branler par une femme.
-Oh oui…c’est bon…mon dieu que c’est bon, dit Emilie en jouissant.
-Je savais que tu aimerais…Tu veux un bon coup de queue maintenant.
-Oui, souffle Emilie…une bonne queue, bien grosse.
-Celle de mon mari, par exemple…Lucas, appelle Francesca, tu peux venir.
-Oui ma chérie, répond-il, que se passe-t-il ?
-C’est la nouvelle mariée, elle n’a pas la patience d’attendre sa nuit de noces.
-Qu’a cela ne tienne, dit Lucas en enfonçant sa grosse bite dans la chatte d’Emilie. Comme ça elle pourra comparer avec son mari.
-Allez, sourit Francesca, je vous laisse vous amuser.

Francesca rejoint le groupe, ou l’orgie a évolué. Les hommes du côté italien, se déplacent, la bite à l’air, proposent leur calibre en érection. Les convives femmes d’Emilie, se penche pour les sucer, leur palpent les couilles. Les trois quart se retrouvent appuyées à une table, la robe enroulée à la taille, en train de se faire baiser, ou enculer.
Maria, la mère de Francesca, s’en prend à Ginette, la mère d’Arnaud. Elle l’assied sur un moelleux canapé, se penche sur elle, lui prend les lèvres. Lentement, une main glisse sous la robe. Elle en ressort avec la culotte, puis remonte entre les cuisses ouvertes. Même si la scène est caché par la robe, on devine, en voyant onduler les hanches Ginette, ce que Maria fait subir à sa chatte. On en a la preuve, quand Ginette se pend au cou de Maria, en gémissant de plaisir.

-C’est bon, demande Maria…tu en veux encore ?
-Oui madame, murmure Ginette.
-Ok, mais remonte ta robe. Je veux voir ton petit bouton, quand je vais le doigter, et ton petit minou quand je vais le branler.

La scène se répète avec les deux grands-mères, qui avoisinent les soixante dix ans, mais aussi les quatre vingt dix kilos. Sauf que, Julia, la grand-mère de Francesca ne fait pas dans le détail. Elle a mis Margueritte, la grand-mère d’Emilie entièrement nue, et l’a allongée sur un canapé. Malgré un léger surpoids, cette dernière parvient à mettre les jambes en l’air, totalement écartées. Calmement, la grand-mère de Francesca, écarte les lèvres intimes de Margueritte.

-Hum, gémit cette dernière, c’est bon ce que vous me faites madame.
-Tu sens ce que je fais à ton petit bouton…il est tout décalotté.
-Oh oui, je sens bien que vous l’avez sorti…c’est mieux pour le doigter.
-Et ça, tu aimes, dit Julia en trempant ses doigts dans sa chatte.
-Hou…ça fait si longtemps qu’on n’a pas gratté la chatte…oui madame, branlez ma foufoune…oh oui madame…je jouis madame…je jouis madame…

On a l’impression que la famille italienne à pris le dessus.
Au quatre coins de la salle, se déroulent des scènes d’orgies. Toutes les femmes, du côté d’Emilie, sont entièrement nues, livrées à la famille de Francesca.
Certaines, cinquante, soixante ans, se font gouiner à même le sol, d’autres, se font prendre dans les positions les plus scabreuses, à la barbe de leur mari. L’un d’eux, reste cloué sur place en assistant à la double pénétration de son épouse.
Il ne se passe pas une minute, sans qu’une femme n’hurle de plaisir. Certaines même, ont déjà eu plusieurs orgasmes.
Soudain, tout le monde se déplace au centre de la salle, ou s’est formé un attroupement. Francesca, assise sur une chaise, a couché Emilie en travers de ses genoux. Elle lui donne des petites tapent sur les fesses, qui ne tardent pas à rougir.

-Aie…aie…se plaint Emilie.
-Alors, salope, comme ça tu t’es tapé mon mari…avoue…
-Oui…c’est vrai…mais c’est toi qui l’a voulu…
-Ecarte tes jambes, que tout le monde voit ta moule…regardez comme elle est mouillée cette salope. Quelqu’un peut vérifier s’il le souhaite.

Dans cette position, les convives ont une vue imprenable sur la chatte baveuse, et ouverte d’Emilie. Un invité, la cinquantaine, cheveux grisonnant, s’approche. Il enfonce deux doigts dans la chatte d’Emilie. Il est ressort après avoir fait quelques va et vient.

-Hey, regardez, dit Francesca, il y a même du sperme…c’est celui de mon mari ?
-Oui, c’est lui, ce salaud. Je lui ai dit de se retirer, il n’a pas voulu.
-On pourrait en rajouter un peu…qui veut la troncher…

C’est le même invité qui s’approche, la bite en main, et qui pénètre la chatte d’Emilie. Un autre passe devant, fléchit sur ses jambes, et se fait tailler une pipe.

Les cries de plaisir des invitées d’Emilie, résonnent dans la salle de mariage.
Mais il y a pire.

Dans un coin, à l’abri des regards indiscrets, un papy d’environ soixante dix ans, est à genoux, en train de sucer un jeune homme d’une vingtaine d’années, assis sur une chaise. De ses mains, ce dernier maintien la tête du septuagénaire, règle le rythme. Soudain, il envoie sa tête en arrière, et crache son jus dans la bouche du papy, dans un râle de plaisir. Il penche sa tête pour voir le papy tout avaler. Le papy baisse son pantalon, implore le jeune garçon de le prendre. Mais celui-ci refuse. Mais le vieux trouvera preneur auprès d’un oncle de Francesca, la soixantaine, qui lui, va prendre un réel plaisir à l’enculer.

Les invités hommes d’Emilie, ont passé leur soirée à regarder leurs épouses se faire prendre par d’autres hommes et d’autres femmes. Ils n’en revenaient pas de les entendre hurler de plaisir quand elles atteignaient l’orgasme. Et ce, à plusieurs reprises.
Quand à Arnaud, il a passé son mariage à voir sa jeune épouse, se faire enfiler par tous les trous, se faire gouiner, tailler des pipes, et tout avaler en guise de dessert.

La fête tire à sa fin. Les convives femmes d’Emilie, sont emmenées, entièrement nues, vers les voitures. Les invitées italiennes, très vicieuses, les font avancer en file indienne, en leur mettant un doigt dans le cul, ou dans la chatte. C’est le cas de Ginette, la maman d’Arnaud, empalée sur les doigts de Maria, la maman de Francesca. Tandis que Julia, la grand-mère, à saisi Margueritte par le clitoris. Elle arrive même à la faire jouir.
Un mec, légèrement ivre, cherche son épouse. Il se ne sait pas qu’elle est allée finir la nuit, chez un mec de l’autre mariage.
Francesca, Emilie et Lucas ferment la marche.

Arnaud reste impuissant en voyant son épouse entrainée par le couple pervers. Il sait ce qu’ils vont lui faire subir, surtout Francesca. Ils vont lui faire passer une nuit de noces inoubliable.
Tout comme Arnaud pense à celle qu’il n’aura pas.
5 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Orgie lors du mariage

Aucun commentaire
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante