ACCUEIL > Divers > Récit : Récits érotiques de la mythologie (4). Eos l’hypersexuelle

Récits érotiques de la mythologie (4). Eos l’hypersexuelle

+7

Lue : 0 fois - Commentaire(s) : 7 - Histoire postée le 01/12/2023

Découvrez les filles coquines près de chez vous :

La mythologie grecque avait de nombreuses divinités. L’une d’entre elles, Eos, déesse de l’aube, peut aussi être considérée comme la déesse des hypersexuelles. Éos est une Titanide. Jeune et belle, elle est la fille des Titans Hypérion et Théia, et la sœur d'Hélios (le Soleil) et de Séléné (la Lune).

L'histoire d'Eos est quelque peu tragique, dans la mesure où elle a connu le chagrin et a dû faire face à de nombreuses difficultés en raison de la malédiction d'Aphrodite. Condamnée par Aphrodite à tomber continuellement amoureuse, Éos eut de nombreuses liaisons avec de beaux mortels, dont la plupart connurent une fin tragique à cause de ses attentions. Éos est représentée comme une déesse radieuse aux cheveux doux, aux bras et aux doigts rosés.

Mariée à Astréos, de qui elle eut les divinités des vents, Borée, Zéphyr, Notos, ainsi que les astres et les étoiles auxquels un poète grec du IVème siècle de notre ère, Nonnos de Panopolis ajouta Éosphoros et le Vent d'est Euros. Deux autres auteurs, Hygin, contemporain d’Auguste, ainsi qu’un poète grec du IIIème siècle avant Jésus Christ y joignirent Astrée.

Eos est immortelle, et garde sa beauté et sa jeunesse, malgré d’innombrables grossesses. Chaque jour avant l'aube, Éos dans son brillant chariot tiré pas deux chevaux ailés, répand la rosée du matin et précède l'arrivée du dieu soleil.

Homère la représente comme une déesse aux doigts de rose, portant un voile jaune, et montée sur un char de vermeil à deux chevaux blancs, auquel d'autres poètes substituèrent un quadrige. Ce char est couleur de rose, de pourpre ou de safran; les coursiers sont blancs ou rougeâtres. L'Aurore était aussi figurée avec des ailes, ou montée sur Pégase et portant une torche.

Sa légende est tout entière remplie de ses amours, généralement malheureux, suite à la malédiction d’Aphrodite. Dans le firmament scintillant de la mythologie grecque, Eos, la déesse de l’aurore, émerge tel un doux rayon de lumière matinale, peignant le ciel de couleurs éclatantes. Sa présence dans les mythes est aussi éblouissante que les teintes rosées du lever du soleil, et ses récits offrent une perspective unique sur les conflits divins, les amours intenses et les rôles cruciaux qu’elle a joués dans l’histoire mythique.

CONDAMNEE PAR APHRODITE A DEVENIR HYPERSEXUELLE, INSATIABLE ET MALHEUREUSE !

Un jour, Aphrodite, furieuse de trouver Arès dans le lit d'Éos, la condamna à de continuelles amours avec de jeunes humains. Bien qu'elle fût déjà mariée à Astréos, elle se mit en secret à séduire et à enlever des jeunes gens, les uns après les autres.

Insatiable, elle a ainsi de nombreuses liaisons, notamment avec Orion, Céphale et le maître des Vents Éole, dont elle a les Vents Borée, Notos, Euros et Zéphyr, ainsi que les étoiles.
De ces amours aux issues le plus souvent malheureuses, les plus célèbres sont celles qu’elle connaît avec Orion, Céphale et Tithon.

RIVALE D’ARTEMIS

Éos, ayant enlevé le géant Orion, qui chasse aux côtés de la déesse Artémis, finit par le perdre de la main de cette dernière. En effet, Artémis tue le chasseur dont elle est aussi amoureuse par jalousie ou encore par erreur, trompée par son frère Apollon ou bien encore pour le punir d’avoir porté la main sur elle.

IMMORTALITE ET VIEILLISSEMENT

Éos ne connaît pas une histoire plus heureuse avec Tithon, duquel elle a pourtant deux fils, Memnon, roi d’Éthiopie, et Émathion, roi d’Arabie. Éos était follement amoureuse de son nouvel époux et ne pouvait supporter l'idée de le perdre un jour. Elle s’adresse en effet aux dieux de l’Olympe pour obtenir l’immortalité de son amant, qui lui est accordée.

Malheureusement, elle néglige de demander aussi pour lui la jeunesse éternelle, et Tithon devient de plus en plus vieux et desséché. Éos finit par l’enfermer dans sa chambre, et l’abandonne à la solitude. Les dieux, pris de pitié, finissent par changer l’amant délaissé en cigale.

JAMAIS SATISFAITE!

Avec Céphale, roi de Phocide, Éos connaît un amour non réciproque. Alors que, éprise de Céphale, elle l’enlève, celui-ci reste amoureux de Procris, qu’il vient d’épouser. De dépit, Éos décide de lui faire connaître les affres de la jalousie, en lui inspirant des doutes sur la fidélité de sa femme.

Les deux époux finissent toutefois par se réconcilier, mais Céphale tue un jour par erreur Procris cachée dans un buisson, pensant qu’il s’agit d’un animal. Il est alors chassé d’Athènes par l’Aréopage (tribunal de la Grèce antique). Selon certains récits, il finit par se précipiter à la mer. On raconte parfois que la liaison d’Éos et de Céphale a donné le jour à Phaéton, plus généralement considéré comme un fils d’Hélios.

***

Bien qu'Éos soit considérée comme une divinité mineure, sa nature attachante et ses qualités humaines (l'intérêt pour son fils et ses relations amoureuses compliquées) ont inspiré des écrivains et des artistes au fil des ans.

Eos est souvent représentée comme une magnifique jeune fille ailée, tenant généralement un jeune homme dans ses bras. Dans l'art grec ancien, Éos est représentée à la fois comme une mère éplorée et comme une séductrice. Les anciens la représentaient vêtue d'une robe de safran, ou d'un jaune pale, une verge ou une torche à la main, sortant d'un palais de vermeil, et montée sur un char de même métal ayant des reflets de feu.

***

Ce texte est court, mais tend à démontrer que l’hypersexualité est aussi ancienne que la femme, puisqu’on trouve une déesse atteinte de ce « mal ». Si Aphrodite est la déesse de l’amour, Eos, déesse de l’Aurore, est aussi d’une certaine façon, à mes yeux, la déesse des hypersexuelles, et donc ma déesse.

Reste une question : on ne nait pas hypersexuelle et comment devient-on hypersexuelle ? L’hypersexualité, à condition de pouvoir la maîtriser, la canaliser, n’est pas une malédiction lancée par Aphrodite.

REFERENCES

Outre l’article Wikipedia, je renvoie aux liens suivants :
• https://mythologica.fr/grec/eos.htm
• https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14183/eos/
• https://www.worldhistory.org/trans/fr/1-14183/eos/
• http://www.mythologica.info/mythologie-grecque/eos-la-representation-de-laurore/
• http://lesdieux.fr/dieu/eos.html
• http://lamythologieselonrubis.over-blog.com/2015/04/eos-deesse-de-l-aurore.html
• https://avareurgente.com/fr/eos-deesse-titane-de-laube
• https://www.dieux-et-mytho.fr/mythologie-grecque/eos/
7 vote(s)


Histoire de OlgaT

Vous avez aimé ce récit érotique ? Tweeter

Nous luttons contre le plagiat afin de protéger les oeuvres littéraires de nos auteurs.

Cette histoire est destinée à être consultée en ligne et ne peut pas être copiée ou imprimée.

© Copyright : Nos histoires sont protégées par la loi. Un grand nombre d'écrivains nous ont donné l'exclusivité totale.


Commentaires du récit : Récits érotiques de la mythologie (4). Eos l’hypersexuelle

Le 04/12/2023 - 18:24 par OlgaT
@ linsee, merci. J'adore tes publications, toujours excitantes autant qu'excellentes! @ Dyonisia, ma tendre muse, c'est en effet un bonheur que d'être hypersexuelle. Je ne connais pas d'équivalent saphique d'Eos, mais n'avons pas nous pas la plus grande des poétesses, la grande Sappho?
Le 04/12/2023 - 12:44 par Dyonisia
Et voilà ! Moi qui aimait l'Aurore aux doigts de rose, je la découvre mante religieuse dévorant, ou perdant (c'est tout comme), ses amants ! Mais je suis consolée. Dans sa grande bonté et sa vaste science, Olga m'assure que l'on peut être à la fois maudite par une déesse et bénie par les poètes. Finalement, ce n'est pas si mal d'être hypersexuelle... Dis, Olga, y a-t-il aussi une équivalence saphique du mythe d’Éos parmi les déesses ? Même une toute petite déesse mineure me suffirait :)
Le 04/12/2023 - 11:59 par linsee
Comme dab que du bonheur
Le 01/12/2023 - 21:52 par OlgaT
@ Didier, je te remercie; mes lectures et mes recherches m'ont permis de découvrir cette déesse et d'en faire, en quelque sorte, la déesse des hypersexuelles, m'amenant aux réflexions suivantes. La différence est sans doute que, frappée par la malédiction d'Aphrodite, Eos vit une hypersexualité forcée et contrainte, je dirai même malheureuse, tragique, car ses passions finissent en général mal. Je pense que l'hypersexualité peut être heureuse et maîtrisée, même si, d'expérience, je sais que ce n'est pas facile ni sans dérapages. L'autre leçon que je tire du mythe d'Eos, pour paraphraser Simone de Beauvoir dans le "second sexe" est qu'on ne nait pas hypersexuelle, mais qu'on le devient.
Le 01/12/2023 - 12:08 par DBHB24
Olga, Nous sommes là, avec cette nouvelle chronique forte intéressante, dans une mythologie que je qualifierai de « pure et dure ». Voici donc Eos, parfaite inconnue en ce qui me concerne, qualifiée dans la Grèce antique de déesse de l’aube, en déposant la rosée du matin, mais aussi mère de plusieurs divinités des vents d’astres et de constellations, qui suite à une malédiction d’Aphrodite et selon ton propos pourrait également se voir considérée comme la déesse des hypersexuelles. Te définissant toi-même comme une hypersexuelle, et ayant donc Eos comme déesse, je ne peux répondre à ta question "comment devient-on hypersexuelle ?" que par ceci: toi seule, en ton fort intérieur, en connais la réponse. J’ajouterai cependant pour conclure, que si l’hypersexualité, à condition de pouvoir la maîtriser, la canaliser, n’est pas une malédiction en est-t-elle pour autant une bénédiction ? Didier
Le 01/12/2023 - 11:25 par OlgaT
Merci chère Valeriane!
Le 01/12/2023 - 11:13 par valeriane
Toujours autant de plaisir à te lire

Pour poster un commentaire ou faire un signalement, merci de vous inscrire ! Inscription rapide


Histoire précèdente <<<
>>> Histoire suivante



Retour en haut de la page

Libertinage et masturbation de jolies libertines en webcams totalement gratuites :