ACCUEIL > En groupe > Récit : Telle est prise qui croyait prendre

Telle est prise qui croyait prendre

+0

Lue : 9713 fois - Commentaire(s) : 1 - Histoire de AmantDesSens postée le 08/02/2012
Elodie a une trentaine d'année, plutôt dans la moyenne, cheveux châtain mi-long, yeux verts. Depuis ses 16 ans, elle a rarement été seule en amour. Des copains de lycée, de fac, des inconnus rencontrés un soir... Mignonne, elle l'est et elle le sait. Populaire, aussi bien auprès de la gente féminine que masculine : indéniablement. Mais voilà, même si elle n'est jamais longtemps avec le même homme, la routine dans sa vie sexuelle s'installe. Certes, chaque homme qui partage son lit (quand c'est au lit !) est une découverte. Mais c'est finalement toujours la même chose, les mêmes mots, les mêmes gestes, les mêmes positions.

Elle n'a pas froid aux yeux, malgré ses airs sages. Suivant les amants, elle a tenté de pimenter le jeu. Lieux insolites comme par exemple dans la remise d'une caserne de pompier alors qu'une formation se passait juste derrière la porte. Sur la banquette arrière d'un taxi au retour d'un de ses voyages, avec la complicité du chauffeur qui n'a pas raté un instant... au risque d'avoir un accident. Si elle avait pu, elle aurait bien fait l'amour en apesanteur, mais elle gardait cette option comme dernier recours pour atteindre le 7ème ciel.

Dans le lot de ses amants hétéroclites, comme beaucoup d'hommes, certains avaient suggérés de se mêler à d'autres hommes ou femmes. Mais elle s'y était toujours refusée. D'une part, parce qu'elle n'aimait pas la concurrence. D'autre part, bien qu'ils pensent le contraire, c'était elle qui les avait choisis et non le contraire. Par conséquent, l'idée que son amant ait envie de la partager avec une autre femme ou un autre homme était contraire à son idée. C'est elle qui devait décider ! Mais voila, malgré son âge, elle avait l'impression de revivre toujours les mêmes relations. Il était temps qu'elle reprenne la situation en main.

L'idée de découvrir le corps d'une femme ne la gênait pas plus que ça. A la rigueur, cela l'amusait. Son orientation sexuelle était claire, et elle savait très bien qu'elle ne pourrait pas se passer d'un beau mâle qui la prendrait. Mais la douceur, telle qu'elle l'imaginait, d'une relation avec une femme, une certaine sensualité, piquait sa curiosité. L'idée fit son chemin dans son esprit, cherchant à concilier cette nouvelle envie avec ses anciennes.

Soudain, surprise de ne pas y avoir penser plutôt, ce fut comme une révélation... excitante.

Elle passa en revue la liste de certaines amies dont elle connaissait les mœurs et les penchant pour le même sexe... voire les deux. Pour une première, elle souhaitait être en confiance et ne pas se retrouver avec des inconnues. De plus, ne connaissant pas précisément ce "milieu", elle ne voulait pas tomber sur quelques folles. Tant qu'à faire, autant que ce soit donc avec des amies, et si possibles, mignonnes. Cela l'aiderait dans son "plan".

Pendant plusieurs jours, innocemment, comme elle savait si bien le faire, elle tâta le terrain. Elle expliquait qu'elle voulait organiser une soirée "originale", où homme et femmes y trouveraient leur compte. Présenté ainsi, et après un passage au crible, elle retint 4 femmes : Natacha, une blonde féline, amie d'enfance et de fiesta; Aurélie, une jolie métisse de 25 ans; Juliette, une de ses amie et Patricia, une brune aux yeux verts sulfureux. Le casting était presque terminé. Elle était plutôt satisfaite de son choix. Elle les voulait désirables...

Maintenant, il manquait le premier rôle. Et c'est là que son premier choix révélait tout son machiavélisme : Juliette avait un petit copain, David. Elodie l'aurait bien ajouté à la liste de ses soupirants, si Juliette n'avait pas été une bonne copine. Dans les nombreuses soirées qu'ils avaient partagés, qu’Elodie soit seule ou pas, David n'avait jamais manqué une occasion de lui faire des compliments et de lui lancer quelques regards très suggestifs sans équivoque. Juliette avait vu le manège et s'en amusait, rappelant à l'ordre le fougueux étalon par un baiser profond et torride.

Oui, mais voilà, il y a des choses sacrées... Alors, comment joindre l'utile à l'agréable.

Un soir qu'elle savait David absent, elle se rendit chez Juliette. Bien entendu, il na fallut pas longtemps aux deux femmes pour en venir à la fameuse soirée qu'Elodie planifiait.

- Alors, dis-moi tout ? Qu'est-ce que tu as dans la tête s'empressa d'interroger Juliette
- Hum, disons que c'est justement pour cela que je suis là
- Ah bon, tu as changé d'avis ? C'est annulé ?
- Non, non, bien au contraire... Tu sais que j'y travaille depuis plusieurs semaines, et avec tous les efforts que j'y ai mis, je ne vais pas revenir en arrière.
- Ah, tu me rassures !
- Mais voilà, j'ai un service à te demander.
- Lequel ?
- Voilà, en fait, je devais convier un seul homme à notre soirée, un copain, pour m'amuser avec lui, et puis... Mais voilà, y'a un hic.
- Quoi ?

Sur un ton désolé, Elodie commença son approche :
- Le gars en question ne peut pas venir. Il part avec son équipe pour un match le lendemain.
- Mince, lâcha Juliette, visiblement contrariée de cet imprévu. "On fait comment alors ?"
- Ecoute, franchement, je ne sais pas trop. Ca m'embête vraiment de tout annuler, de vous avoir faire miroiter une belle soirée, pour finalement ne rien avoir.
- Je comprends bien. Et c'est quoi ce service que tu voulais me demander ?
- Et bien, mon idée était séduisante, surtout qu'en plus, on était tous ensembles. Finalement, je me demande si cet imprévu n'est pas une aubaine...
- Explique
- Même si je connais le gars en question, ce n'est pas pareil... Je pense qu'on devrait pousser la complicité jusqu'au bout...
- Oui....
- ... en mêlant à nos petits jeux quelqu'un qu'on connait toutes et qu'on aime bien par exemple...
- Et...
- ... et donc, je me suis dis que, peut-être... Non, tu ne seras pas d'accord...
- Mais, si, dis !
- ... que l'homme pourrait être...
- David ?

Elodie était arrivée à ses fins, mais cacha son enthousiasme intérieur et ne répondit que par un timide oui.

- Je t'avoue que je ne m'attendais pas à ça...

Mais bientôt un sourire malicieux se dessina sur le visage de Juliette. -

Et quel serait son rôle ?

Les deux femmes éclatèrent d'un fou rire complice. Pour sceller l'adhésion de Juliette, Elodie expliqua alors son plan.

- David ne devra pas être au courant de ce que nous planifions. Nous allons organiser quelque chose qui sera à ses yeux une simple soirée entre copines où tu l'inviterais. Un petit repas, simple, une bonne bouteille...
- Oui, interrompit Juliette, après tout, nous savons bien où nous voulons en venir... Enfin, toi plus que moi. Inutile de s'éterniser sur les préliminaires conclua-t-elle, amusée
- Ensuite, doucement, les filles se rapprocheront, les gestes seront plus tendres, plus équivoques. J'espère bien qu'il se posera alors quelques questions.
- Tu participeras ?
- Il faudra bien... Ce sera aussi ma "première"
- Et David ?
- A un moment, je pense qu'il va comprendre et il voudra certainement "jouer" avec nous. Là, je l'installerai sur une chaise, devant nous, en lui intimant l'ordre de ne rien faire, de ne pas bouger. Simplement regarder. Juste regarder.
- Et c'est tout ?
- Non, je n'ai pas dis que "nous" ne devrions rien faire. Rien n'empêche de jouer avec lui aussi... toutes... Mais, il devra se laisser faire, sinon...
- Sinon ?
- Et bien, il aura un gage !
- Un gage ? Tu m'intéresses !
- Oui, s'il tente quelque chose sans que nous en soyons à l'initiative, nous l'abandonnerons et nous reviendrons à nos jeux ensembles...
- Et tu crois qu'il va tenir ?
- J'espère bien...

Les intervenants étaient choisis, l'histoire écrite. Il ne restait plus que la date. Elle fut fixée une dizaine de jours plus tard, dans l'appartement d'Elodie. Il était convenu que Juliette et David arrivent en dernier. Après les salutations, David s'étonna d'être le seul homme de la soirée. Les filles le tranquillisèrent en le flattant, en disant qu'il allait finalement être leur homme à elles seules. Il n'imaginait à quel point...

Comme convenu, dans une ambiance feutrée, musique douce, chacun boit, discute, mange. Afin de s'assurer que leur homme ne décide de partir, chacune, à tour de rôle, prend le temps de s'intéresser à lui, multipliant les compliments, les sourires, les rires. Visiblement, il apprécie.

La soirée est bien avancée. Elodie fait un clin d'oeil aux filles pour lancer la suite. Sans s'interrompre dans leur discussion ou les tâches auxquelles elles s'affairent, les bras se frôlent, les mains s'égarent. Au début, le but est de s'apprivoiser mutuellement entre filles. Puis, elle s'assurent que leur petit manège discret soit remarqué par David. Il ne bronche pas, même si son regard s'attarde sur certaines attitudes.

Aurélie est en train de débarrasser la table basse, quand elle manque de percuter Patricia. Les deux femmes s'excusent mutuellement et rient de la situation.
- Tu as eu de la chance souligne Aurélie
- Ah bon ? Pourquoi ? répond Patricia
- Parce que si j'avais tout renversé, cela m'aurait contrarié
- Et bien, j'aurais fait en sorte de me faire pardonner...
- Comment ça ?

Sans un mot, Patricia saisit le visage d'Aurélie et l'embrasse sur la bouche tendrement. Cela aurait pu paraître un simple baiser, mais les deux femmes soutiennent leur étreinte. David, d'abord indifférent à ce geste qu'il prit pour de la taquinerie entre fille, regarde. Natacha entre dans la pièce et surprend les deux amantes. Elle s'approche de Patricia par derrière et commence à caresser ses hanches. David ne rêve pas.

Le trio s'accroupit sur la moquette et les corps s’entremêlent. Les tenues légères commencent à s'ôter. David ravale sa salive. Elodie, du coin de la pièce observe sa proie. Il bouge sur son siège, semble vouloir trouver le meilleur angle pour observer. Juliette passe derrière lui et pose la main sur son épaule, complice. Son regard approbateur lui fait penser qu'il peut s'approcher. A ce moment là, Elodie intervient.

- Minute.

David s'arrête, attendant la suite.

- Nous avons quelque chose à te proposer, annonce Elodie. Mes amies et moi avons l'intention de profiter de chacune, sous tes yeux, pour, nous l'espérons, ton plus grand plaisir et le nôtre. Mais à une seule condition : tu devras rester spectateur ! Et si tu sais te tenir, peut-être envisagerons nous de te faire ... participer.

David accepta, un léger sourire aux lèvres. Juliette s'approcha d'Elodie et commença, de connivence, son "initiation". Patricia et Natacha qui furent un temps en couple, se retrouvaient. Comme si elle redécouvrait son corps, Natacha embrassait chaque partie de Patricia, avec une délicatesse qui dissimulait à peine son plaisir. Patricia, campant sur ses bras, accueillait avec délectation les attentions de son ex, sur tout son corps. Natacha se plaça entre les jambes accueillantes qu'on lui offrait et ses caresses intimes de ses doigts et de sa langue se traduisaient par des doux râles de Patricia. Aurélie ne voulut pas que Natacha soit en reste. Elle passa derrière et n'hésita pas à embrasser les fesses que sa position lui offrait.

Juliette avait déjà dévêtue Elodie. Elle embrassait doucement sa poitrine, caressait ses hanches, ses fesses. Puis, elle l'attira sur la canapé, juste à côté de David. Elle s'assit et invita Elodie à s'assoir dos à elle entre ses jambes. Juliette pris délicatement la main d'Elodie et la pose entre ses jambes. Main contre main, elle initia une légère caresse, d'abord circulaire sur son sexe. Ses doigts se croisèrent avec celle d'Elodie pour atteindre ses lèvres qu'elle écarta délicatement. Elodie, malgré son ouverture d'esprit et son goût de l'expérience, n'avait jamais eu l'idée de se caresser. Elle laissait ce plaisir à ses amants. Là, sous les doigts experts d'une autre femme, elle découvrait un autre plaisir, sensuel. Quand leurs mains furent à l’unisson, Juliette laissa son élève continuer. Elle embrasse ses épaules tout en caressant ses seins. Elle n'oubliait pas non plus David qui ne perdait pas une once du spectacle.

Aurélie satisfaite des caresses intimes qu'elle avait prodiguées à Natacha, vient rejoindre le nouveau couple. Elle s'installa devant Elodie et écarta sa main pour y mettre ses lèvres. De son côté, Patricia entreprit le corps de la bienfaitrice... Les unions se firent, se défirent, au gré des envies et des proximités.

Elodie était aux anges après cette découverte. Mais son objectif n'était pas atteint. Elle se ressaisit et fixa David dans les yeux.

- Tu as respecté les règles. Voyons maintenant si tu es à la hauteur de nos attentes. Comme tu l'as vu, nous avons su nous mettre en appétit... Pourras-tu nous rassasier ?

Aussitôt dis, Natacha s'approcha de lui et commença à défaire son pantalon. Son sexe tendu en sortie au grand soulagement de David. Aurélie interrogea alors Juliette :

- Tu l'as tout le temps, tu me le prête ?

Juliette ne répondit pas et se contenta d'un sourire. Aurélie s'approcha du sexe de David et commença à la masser sur toute sa surface. Elle passa la main sous ses fesses et remonta jusqu'à l'extrémité de son gland pour mieux en descendre. Puis, sans crier gare, elle le pris dans la bouche. Elle pris un malin plaisir à s'appliquer, pour le faire craquer.

- Doucement interpella Patricia, je veux bien que tu en ais envie, mais pense aux autres... Et puis, si tu nous les fatigues, il ne nous sera plus utile.

Aurélie abandonna le sexe de David. Mais la place ne resta pas vacante bien longtemps. Natacha passa par dessus les jambes de David et vint s'asseoir sur le sexe luisant que la consoeur lui avait préparé. Il disparut en elle. De long va-et-vient s'en suivirent, juste pour apprécier sa dureté et le plaisir qu'il lui apportait. Visiblement satisfaite, elle laissa sa place.

David semblait hagard, ne sachant qui il devait satisfaire, ne sachant qui voulait être satisfaite. Il en tirait cependant beaucoup de plaisir. On ne se saurait attendu à moins ! Les sollicitations multiples de ses amazones le poussaient dans ses derniers retranchements. Seule Elodie n'avait pas eu l'occasion encore de le "gouter". David, abandonné par Natacha, était disponible. Machinalement, il avait pris son sexe dans sa main et entamait une légère masturbation. Pourtant, son sexe n'avait jusqu'à présent pas fait défaut.

Juliette s'approcha d'Elodie.

- Et bien ma belle, tu as presque eu tout ce que tu voulais... Je pense que tu peux aussi en profiter... Je te le prête.

Là, Elodie était en terrain connu. Même si elle appréciait l'initiation de cette soirée, elle restait indubitablement attirée par les hommes. Elle ne saurait terminer une si bonne soirée sans sentir un sexe masculin en elle. De plus, le plaisir que les autres filles avaient eu avec David l'avait excité.

Elle s'approcha de lui en se mettant entre ses jambes debout. Elle n'aurait pas été contre de mettre son sexe dans sa bouche, mais, ce n'est pas ce qu'elle avait envie. David tint son sexe bien droit dans sa main, en offrande à la dernière. Elodie l'examina, gourmande du plaisir qu'elle imaginait. L'autre main de David vint se poser sur la hanche d'Elodie pour l'inviter à venir. Elle l'enjamba, face à lui. Les lèvres de David se perdirent dans sa poitrine bombée d'excitation. Elle se laissa embrasser, lécher les seins. C'était divin. Elle avait pourtant apprécié les attentions de ses amies. Mais là, c'était un homme, et elle savait que ces attentions n'étaient que le prélude à ce qu'il voulait lui faire. Une chance, elle le voulait aussi !

David passa les mains entre ses jambes pour saisir son sexe. Elodie sentit sa pointe effleurer ses lèvres. Il passa plusieurs fois devant son vagin. Elle le guettait et au passage suivant, posant ses mains sur ses épaules, elle se laissa descendre sur lui. Elodie se rendit compte combien cela lui avait manqué. Elle ondula des reins pour accueillir au mieux son membre. David, les mains posées sur ses hanches, l'accompagnait. Mais après quelques minutes, elle se rendit compte que c'était lui qui menait la danse. Cela n'était pas pour lui déplaire, mais c'était étrange. Avec les autres filles, il n'avait pas agis ainsi.

Autour d'elles, ses amies, en manque d'homme, avaient repris leurs jeux. Mais elles ne manquaient pas d'observer l'étreinte de David et Elodie.

David accéléra la cadence. Elodie sentait son sexe, dur et ferme aller et venir en elle. La jouissance était proche. Soudain, David s'interrompit et invita Elodie à se relever. Elle se laissa faire. Il l'a fit s'assoir à sa place, puis se mettant à genoux devant elle, il lui releva les jambes en les prenant pas les chevilles. Elle avait une vue imprenable sur son amant et ce sexe qui, il y a quelques instant, oeuvrait en elle. D'un coup de rein, David pénétra à nouveau Elodie. Le rythme était soutenue, viril. La chaleur du sexe de David venait compléter la chaleur que son corps avait laissée dans le canapé. Bientôt, les cuisses de David tapèrent contre celles d'Elodie. A chaque contact, elle avait l'impression que son sexe allait de plus en plus au fond d'elle... David ne semblait pas fatigué. Au contraire, il faisait preuve d'une énergie qui contrastait de plus en plus avec sa quasi passivité de tout à l'heure. Mais elle n'en était pas à chercher la cause : elle préférait apprécier le spectacle de cet homme qui lui donnait du plaisir et qui en cherchait visiblement aussi. A cette pensée, Elodie cramponna violemment l'accoudoir et se cambra de plaisir. Elle jouissait et elle attendait qu'il en fasse autant, comme un seul et même corps.

Mais David n'en fit rien. Certes, il comprit aux contractions d'Elodie qu'il avait atteint son but. Cependant, il continua à la pénétrer, encore et encore. Elodie commença à se poser plus de questions. Natacha et Aurélie étaient venues à côté d'eux pour les regarder, un léger sourire à la lèvre. Elles semblaient tirer un plaisir de ce spectacle, peut-être envieuses qu'elles n'aient pas eu droit au même traitement...

David asséna deux derniers coups de reins qui firent pousser des cris de plaisir d'Elodie. Il allait jouir en elle... Du moins, le pensait-elle. Il se retira, puis l'invita à se retourner. "Encore ?" pensa Elodie. Elle était flattée.

Elle offra ses fesses à cet amants insatiable. Il n'eut aucune difficulté à s'introduire en elle. Et la position qu'elle avait prise lui fit ressentir encore mieux le sexe de David. Si tout à l'heure, elle avait l'impression qu'il entrait de plus en plus en elle, là, elle n'avait aucun doute. Pourtant, il n'avait rien de particulier.

Bien campé sur ses hanches, David avançait tantôt le bassin d'Elodie vers lui, tantôt s'en approchait. La pièce commença à raisonner du choc de leur cuisse. Natacha laissa sa place à Juliette. Légitimement, elle caressa David qui était en sueur. Saisissant un flacon de gel, elle laissa couler un fin filet entre les fesses d'Elodie. Puis, délicatement, elle commença à la masser, se rapprochant de son petit orifice. Elodie frissonnait à chaque fois qu'elle sentait ses doigts délicat le frôler.

Elodie savourait ce double plaisir... Elle aurait voulu que David jouisse, pour qu'enfin, elle se laisse aller à ce plaisir commun... Mais vu la position, c'était trop dur. Elle plongea la tête dans le coussin pour étouffer son gémissement.

Elle reprit ses esprits, mais la tête encore enivrée des caresses de Juliette. Sans crier gare, David se retira et plaça son sexe au niveau de son petit orifice. Elodie n'eut pas le temps de réagir et réalisa très vite en sentant son sexe la pénétrer, la qualité du travail préparatif de Juliette. S'en était trop ! Elle était comblée. Là, se fut Elodie qui vint à la rencontre de David. Le petit trou d'Elodie épousait à merveille le sexe de David. Passé quelques instants, il reprit petit à petit ses mouvements. Elodie se tordait de plaisir alors que David continuait. Autour d'elle, toutes les filles les observaient. Elodie s'en moquait... jusqu'à ce que David accélère le rythme. Elle sentait à nouveau son plaisir monter irrépressiblement. Et lorsqu’elle sentit le sexe de David grossir en elle, elle fut surprise d'entendre les filles s'exclamer. C'est alors que David s'abandonna enfin en elle pour lui soutirer un long et dernier cri. Natacha en vint même à applaudir !

Elodie, reprenant ses esprits, en fut surprise... et tout autant en constatant le regard complice et malicieux que les filles s'échangeaient entre elles. Tout particulière Juliette...

- Dis moi, Juliette... David ...
- Et oui, ma belle, que crois-tu ? Je n'allais pas passer à côté du plaisir de .... lui expliquer...

Et David de conclure :

- Telle est prise qui croyait prendre.
4 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Telle est prise qui croyait prendre

Le 2012-08-06 15:24:17 par jeanmimel
le fantasme de tout homme ! si bien narré du coté féminin, bravo
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante