ACCUEIL > Divers > Récit : Une jeune judokate asiatique

Une jeune judokate asiatique

+21

Lue : 1079 fois - Commentaire(s) : 1 - Histoire de Mastusex postée le 07/12/2018
Passionné de judo depuis mon plus jeune âge, chaque semaine je vais aux entraînements du club, deux à trois fois par semaine pour conserver une certaines hygiène corporelle.
J'ai maintenant 40 ans et je ne suis pas loin d'être le plus vieux du club.
Comme chaque année en début de saison de nouvelles têtes apparaissent. Mon attention s'est portée sur une jeune fille chinoise qu'il me semblait avoir déjà vu, mais je ne me souviens plus très bien quand et où. En même temps le club est dirigé par une famille chinoise créole Réunion. Ah oui parce que je vous l'ai peut être dit mais l'histoire se déroule sur l ile de la Réunion.
Plusieurs semaines passent, les entraînements se succèdent.
Un jour Patricia la soeur du directeur du club qui s'occupe de tout ce qui est organisation, gestion administrative, me demande si ça ne me dérangerait pas de déposer chez elles une jeune fille du cours.
Pour moi pas de problème, elle m'indique le lieu pour la déposer, c'est pas tout à fait sur mon chemin, mais à 21h, je ne suis pas à 10, 15 minutes près.

Patricia m'informe donc que c'est Sandra que je dois déposer chez elle. Elle me montre la jeune fille... la jeune chinoise!

J'invite donc Sandra à me suivre dans ma voiture. Elle se montre tout de suite, très bavarde.
Je lui demande si ça fait longtemps qu'elle est dans le club, elle me dit oui, elle se rappelle m'avoir déjà vu dans l'ancien dojo du club il y a 5 ans environ, elle me demande est ce que Je me rappelle d elle? Intérieurement je me demande comment je pourrais me rappeler d elle, je lui donne à peine 15 à 16 ans aujourd'hui.
Pour ne pas la vexée, je lui dit que ça me dit quelque chose, ça a vraiment l'air de lui faire plaisir.
Je suis un peu étonné, mais bon, je suis aussi content de faire plaisir.
Notre conversation, va donc sur plusieurs sujets divers, jusqu'à son domicile.
Je sors de la voiture pour lui donner son sac de sport, on s'embrasse sur les joues, puis je reparts pour mon domicile.
Je reste vraiment assez étonné de certaines remarques de la part de Sandra, mais bon sans plus.
L'entraînement suivant, je fus à nouveau sollicité pour déposer Sandra.

A peine, la voiture démarrée, qu'elle commence à me parler de ses problèmes actuels, en l'occurrence l'entente avec ses parents qui n est pas au beau fixe.
En effet, elle me confie un secret, comme de quoi elle souhaite se faire faire des tatouages, mais que ses parents assez traditionalistes ne sont pas du tout d'accord.
Alors je lui demande son âge, je lui dit peut être qu'elle devrait attendre sa majorité, à mon grand étonnement elle me dit que ce qu'elle va faire, de tout façon elle va avoir 18 ans le mois prochain!
Je me retiens de lui faire la réflexion, mais Sandra , 18 ans!? Je suis encore très étonné, son corps ne reflète en tout cas pas son âge. Très mince, des seins totalement plats, un visage d ange, (14, 15 ans maxi ). Mais c'est vrai tout de même que ses questions et ses refelxions me semblaient un peu développées pour une si jeune fille.
Je l'informe tout de même que vivre sous le toit de ses parents implique tout de même de suivre certaines règles et qu'elle risque de regretter les tatouages plutard.
Elle m'explique qu'elle a besoin de ça, elle veut pouvoir être différentes.
Ok, je présents un gros problème identitaire, probablement lié à des parents très proche de leur fille.
J'essaye de la faire relativiser et nous arrivons devant chez elle. Cette fois si, elle décide de m'embrasser dans la voiture, elle me dit que je n'ai pas besoin de sortir pour le sac. Etant relativement galant, je sors quand même, lui donne son sac, elle m'embrasse une fois de plus sur les joues avant de faire quelques mètres pour rentrer chez elle ( chez ses parents tout du moins).
Entraînement, suivant Sandra ne vient pas, tout comme les deux autres entraînement qui finissent le mois.
J'ai pris goût à nos discussions de post adolescent.
Courant octobre Sandra réapparaît sur le cours du mercredi, elle arrive en retard.
Je croise son regard depuis l'autre bout du tatami, elle me sourit avec insistance, je lui rends son sourire. Commence les séquences de randori (pour les non initiés: combat avec relâchement pour simplifier), Sandra viens de suite vers moi, je suis ceinture noire plus de 90kg, elle ceinture jaune, je pense moins de 50kg, autant dire que c'est pour moi travailler avec une plume, mais ça me fait plaisir tout de même, et je vois que elle aussi est contente de se retrouver sous moi au sol.
Elle profite de ce moment pour échanger rapidement avec moi au début du randori, pour me dire : " ça y est je l'ai fait ". Une jeune femme qui vous dit ça, peut porter à controverse, vous imaginez bien. Cependant, mon cerveau, revient rapidement à des choses plus raisonnables, et je pense à son envie de tatouage.
Le cours fini et Patricia, m'invite comme d'habitude à raccompagner chez elle Sandra qui c'est déjà rapprochée de moi.
Sandra entame la conversation avant même d'être entrée dans la voiture.
Elle est tellement pressée, excitée, de m'annoncer qu'elle s'est fait faire un tatouage.
Une fois installé dans la voiture, je lui demande si elle a trouvé un compromis avec ses parents pour les tatouages.
Et bien le jour de mes 18 ans, je suis allé directement me faire tatouer, ils n'ont pas réellement eux le choix, regarde.
Elle soulève son tee-shirt sur le côté jusqu'au raz de son soutien gorge.
Elle me laisse entrevoir son tatouage en lettres chinoises, une série d idéogrammes. Mes yeux se posent aussi sur sa peau qui semble si lisse et si douce, je vois son soutien gorge blanc en dentelle très fine, elle a quasiment pas de forme au niveau des seins, pourquoi cette vu me donne chaud comme ça et mon entre jambe alors?
Ça te plaît ? Me dit elle.
Super joli, ça a l'air encore un peu enflé non?
Ouais, mais ça ne me fait presque plus mal. Je vais en faire un autre bientôt, j'ai déjà trouvé un super dessin.

Elle descend cette fois ci son bas de judogi pour me montrer où elle va faire le prochain.... Je vois sa petite culotte, je regarde rapidement la route, puis sa hanche...puis la route.... puis encore plus longtemps sa hanche,... Mon coeur s'accélère, je suis en train d avoir une érection que je ne vais pas pouvoir dissimuler.
Quel dessin vas tu faire, sur ta jolie hanche? (J ai dit "jolie")
Tu la trouves jolie?
Euh, oui! Je ne pensais pas cette partie de la question la plus importante à vrai dire.
Tu me trouves jolie, me demande t'elle, avec un petit sourire.
Et bien oui, tu es une jolie jeune femme, pourquoi tu en doutes?
Je sais pas, j'ai l'impression les garçons de mon âge ne me regarde pas vraiment et à vrai dire.
Dans ma tête, je me dis que c'est probablement par ce que ton physique de jeune fille n aide pas.
je ne suis pas trop intéressée non plus, ils n'ont pas vraiment de dialogue intéressent. Tu trouves que je suis mature toi?
Et bien c'est une question assez vague à vrai dire, il y a selon moi plusieurs types et plusieurs niveaux de maturité.
Nous arrivons chez elle. Je me gare sur le bord du chemin.
Je lui dit, si tu veux on en discute, la prochaine fois.
Ouais, ok super, merci.
Elle se penche du côté de mon siège, pour me faire la bise, ses lèvres se posent toutes prêt du bord de ma bouche.... encore un début d érection.... j'ai envie de l'embrasser à ce moment là, mais elle sort de la voiture pour récupérer son sac.
Malgré mon début d'érection, je sors à mon tour, j'ai envie de goûter à ses lèvres.
Je lui ouvre, le coffre, elle prend son sac, je me tourne vers elle et je l'embrasse à mon tour pratiquement sur la bouche, des deux côtés, elle ne réagit pas particulièrement.
Elle tourne les talons., après quelques mètres elle se retourne, me fait un petit au revoir de la main et entre chez elle.
Je rentre dans ma voiture, mon sexe est gonflé, je défait mon bas de kimono et baisse mon caleçon pour laisser sortir ma queue.
Il faut que je me masturbe, j'ai trop envie de jouir en pensant à Sandra. Il ne me faut pas longtemps, pour jouir après à peine 5 minutes de vas et viens lents, j'arrive à un fabuleux orgasmes, mon sperm gicle sur mon tee-shirt à chaque à coup, je revois sa hanche et son soutien gorge.

J'utilise le trajet de retour chez moi pour, élaborer un plan, il faut maintenant absolument que je puisse toucher son corps, j en ai trop vu, ça ne peux pas rester un fantasme. Je pense utiliser son questionnement sur la maturité, pour aborder la partie sexuelle.

Toute la journée du lendemain, je ne fais que penser à Sandra, je fantasme continuellement sur son corps. J'imagine ses petits seins, ses tétons durcis dans ma bouche. Elle a peine 18 ans, je n'aurais jamais pensé, que ça aurait pu m'exciter autant que ça.

Le mercredi est arrivé, je suis encore plus pressé que d'habitude d'aller à l'entraînement ce soir.
Sandra est là, j'essaye de ne pas trop faire attention à elle.
Elle de son côté, n'a aucun scrupule, aucune gêne, elle vient me dire bonjour avant d'entrer sur le tatamis.
L'entraînement est très dur aujourd'hui. A l'issu, Sandra vient elle même me voir pour me demander de la ramener. Vous imaginez bien que j'accepte volontier et avec un grand sourire, malgré la fatigue.
Nous entrons dans la voiture, après avoir déposé nos sacs dans le coffre. Je démarre et j'entame directement la conversation, sur le sujet prevu: "la maturité "
Je lui dis: "tu sais selon mois il y a plusieurs type de maturité, la maturité intellectuelle, la maturité physique,.... et oui je vais lui dire, la maturité sexuelle.
La maturité intellectuelle, tu comprends bien qu elle évolue tout au long de la vie en fonction de nos apprentissages, de nos rencontres, des échanges avec les autres.
Elle ne dit rien, simplement écoute jusque là.
Puis je continue avec la maturite physique, biologique : " c'est l aboutissement du développement du corps, par exemple pour les hommes la possibilité de produire des spermatozoïdes... A ces mots elle sourit légèrement en coin...
Pour les femmes, par exemple les menstruations. En gros la possibilité de se reproduire. Il y a aussi le changement de voix pour les garçons, et le développement des seins pour les femmes.
Elle intervient, :"sur ce point je n'ai probablement pas fini ma maturité" elle rit.
Je ris aussi, et lui dit que les petits seins ça a aussi son charme.
Tu trouves mes seins charmant? Elle dit ça sur un air provocateur
La question me surprends un peu, je pensais plutôt être entreprenant lors de mes explications sur la maturité sexuelle.
Je lui réponds: " comme Je te l'ai dit même les petits seins on leur charme, les tient ne semble pas faire exception de ce que j'ai pu en voir".
Sans attendre, elle commence à remonter son tee-shirt pour découvrir ses seins... pas de soutien gorge!
Qu'est ce que tu en penses?
Je dois rester concentré sur la route, mais difficile quand une jeune femme vous montre ses seins! Ils sont vraiment très petits mais ses tétons sont foncés et pointes légèrement. Son ventre est plat, sa peau semble vraiment douce, j'ai envie de la toucher...
Au même moment, Sandra prend ma main posée sur le levier de vitesse et la porte sur un des ses seins.
Je me mets donc à la ploter en pinçant son tetons entre deux doigts, il durcit aussitôt.
Elle retire ma main et me repose la question.
Tu les trouves charmants?
Oui, ils sont doux et fermes.
Elle semble vraiment contente, elle sourit.
Je suis excité, mon sexe est droit dans mon caleçon.
Un blanc dans la conversation, elle a redescendu son tee-shirt, nous regardons tous les deux la route.
Puis à elle de reprendre:" et sur la maturité sexuelle qu'est ce que tu as à me dire?"
Et bien, Il y a plusieurs stades aussi. Ceci n est que mon point de vue, mais la maturité passe par les embrassades, les caresses de plus en plus intimes, la decouverte de la masturbation, le coït, la fellation, et plein d autres encore...
Tu penses en être où par rapport à cela toi?
Elle ne réponds pas tout de suite, puis: " je pense en être à la masturbation, ça je sais faire".
Tu parles de la masturbation de ton sexe ou celui d un ou d'une autre personne?
Elle me regarde... j'ai déjà masturbé un garçon...
Sa main vient se poser sur ma cuisse, je me sens rougir. Ses doigts se déplacent sur mon judogi, jusque sur mon sexe gonflé dans mon caleçon.
J'ai envie de sentir à nouveau la chaleur d un sexe d'homme, tu m'autorises à te masturber?
"Vas y, j'en ai moi aussi très envie".

Elle tire sur la ficelle de mon pantalon de judo, j'ai les yeux rivés sur la route, mais mon esprit est ailleurs. Un feux tricolore passe au rouge, j'en profite pour descendre un peu mon pantalon. Sandra soulève mon caleçon, ma queue jaillit.
Elle pose ses mains fraîches sur mon sexe, mon sexe est gonflé, mon bout injecté de sang.
Elle entreprend les vas et vient. Il est gros et joli ton sexe, je n en ai jamais vu de pareil.
Elle me masturbe doucement en prenant le temps de faire coulisser sa main sur toute la longueur de ma queue.
Tu sais, j'ai souvent fantasmé sur toi depuis notre première rencontre. J ai rêvé de ce moment, je sens que je vais pas tardé à jouir tellement tu m'excites.

Elle regarde ma queue dans sa main, elle semble prendre du plaisir à me donner du plaisir.
Nous arrivons prêt de chez elle, je me gare sur le trottoir, il n y a jamais personne dans cette zone le soir.
Je lui demande d'accélérer ses vas et viens, je n en peux plus.
Elle a envie de passer à un échelon supplémentaire, elle se penche par dessus le levier de vitesse et englobe mon sexe avec ses petites lèvres, elle ne sais pas trop quoi faire.
Je lui explique rapidement:
Sandra c'est bon, fait glisser tes lèvres tout le long de ma queue et avec ta langue tu lèches la base de mon gland à chaque passage. D'une main tu continues les vas et viens.
Même si ce n est pas parfait le fait de voir cette jeune femme de 18 ans me sucer, me fait rapidement arrivé à la limite de se que je peux endurer avant l'ejaculation et l'orgasme.
Juste avant de projeter ma semence, je relève son visage et continue la masturbation avec sa main. Elle regarde de très prêt mon sexe, jusqu'à la jouissance. Mon sperm jaillit par à coup, la première giclée se projette sur son visage, elle continu à me masturber aidée de ma main. Je gémit de plaisir. C'est l'extase...Je veux que ce moment reste suspendu.
Ta queue est vraiment très belle et très bonne aussi, j'ai adoré la mettre dans ma bouche, elle était chaude et douce.
Elle se redresse, je lui tends un mouchoir pour s'essuyer le visage.
Une fois terminé, je l'embrasse sur la bouche et lui murmure à l'oreille, la prochaine fois, j'aimerais te faire jouir à mon tour.
Elle.ne réponds pas,.me fait un grand sourire, sors de la voiture après m'avoir embrassé sur la joue.
Elle prend son sac dans le coffre et rentre chez elle.
Je remonte mon pantalon démarre et repart pour rentrer chez moi.
Mon esprit n est pas encore redescendu de se plaisir.

Bon je prends un temps pour reposer mes doigts, et si vous le désirez, je suis prêt à vous raconter la suite.... c'est énorme avec Sandra.... la suite: "de la petite judokas à la nymphomane..."


J'attends vos commentaires.
21 vote(s)


Vous avez aimé ce récit érotique ?


Commentaires du récit : Une jeune judokate asiatique

Le 2018-12-13 20:59:10 par unemeline22
La gourmandise qui attise la curiosité de découvrir ou va mener ce premier moment qui laisse imaginer la chaleur et l'intensité de ce qui suivre ... On a l'eau à la bouche et l'envie d'en savoir plus, de se laisser porter plus loin, plus intensément ...
Pour poster un commentaire ou faire un signalement, vous devez être connecté !



Histoire précédente <<<
>>> Histoire suivante